La galère au vert

Un article du RAVI, le journal pas comme les autres.La galère au vert

Le calme, l’odeur de terre, les routes départementales… Ah, la campagne ! Propice pour changer d’air, elle permet à des personnes en difficultés sociales de se mettre au vert. Comme dans ce petit bout du Lubéron, à la Bergerie de Berdine, petit hameau entièrement retapé sur la commune de Saint-Martin-en-Castillon qui accueille un public souffrant d’addiction. Les imposantes pierres de ce véritable petit village ont vu défiler 6 000 personnes, accueillis pour 6 mois minimum, depuis sa fondation en 1973 par Josiane Saint-Pierre et Henri Catta. Le hameau fonctionne presque en autofinancement (avec une petite aide financière de l’Etat !) grâce à son activité agricole (maraîchage élevage, apiculture), sa scierie ou son artisanat (poterie, fromagerie…). « Une vie simple, dans la nature… », stipule le livret d’accueil de Berdine.

Et pour ceux qui ne la connaissaient pas ou qui l’avaient oubliée, la bande dessinée signée Éric FERRIER

1 Comment to La galère au vert

  1. HISSETTE dit :

    Bel article fleurant l’espoir d’une vie transformée. j’ai l’envie de confondre les “pierres imposantes” de ce petite village avec les 6000 personnes accueillies et celles actuellement présentes ; ce sont elles les véritables pierres, toutes différentes les unes des autres, avec lesquelles un “nouveau” se construit.
    Avec amitié.
    Benoit de Bruxelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

↓