Roger nous a quitté

Une figure de Berdine disparaît

Nombreux sont les venellois qui se souviennent de Roger, qui a tenu le stand de Berdine de nombreuses années, personnage un peu rugueux, mais excellent vendeur. Il avait quitté Berdine pour retrouver une partie de sa famille au Pérou où la maladie l’a rattrapé au moment où il envisageait de revenir en France.

Pendant son long séjour à Berdine (plus de 30 années), il a occupé de nombreuses fonctions (livraison de bois, transports divers, vente de produits) dans lesquelles il excellait. Il a marqué par sa personnalité toute une période de la vie de Berdine. Tous ses amis sont attristés de ce départ.

Claude FADY

Roger sur le marché de Venelles en 2008 Roger sur le marché de Venelles en 2008 Roger sur le marché de Venelles en 2008
Cliquez sur les photos et faites-les défiler

6 Comments to Roger nous a quitté

  1. Vincent bourhis dit :

    Roger avait une vrai force une forte sensibilité et un énorme humour, il était aussi un protecteur:c était un vrai capitaine de l espace !

  2. Vincent bourhis dit :

    Roger était un vrai capitaine de l’espace avec un fort humour et une très grande sensibilité !!

  3. lafeuille dit :

    salut ROGER,j’espère que tu reposes a coté du seigneur tu le mérites pour ton investissement au sein de la communauté pour ton exaspération auprès des nouveaux pour tes coups de sang mais j’ai partagé avec toi et mon regretté JEAN LUC des parties de belote endiablée ou je te revoies toucher tourner ta casquette comme un objet fétiche je te garde en mon cœur comme JEAN-LUC ou je pense qu’il t’attends pour une partie de tarot ou de coinche,bon voyage mon pote

  4. GUYLAIN-BAVEREY Paul dit :

    Pleins de pensées pour toi Roger (a prononcé à l’américaine, »ROGEUR », il adore), The Number One du Lubéron.
    Tu resteras dans mon coeur. J’adore ta grande gueule, un sacré personnage, tu fait parti des murs ou plutôt du COEUR de Berdine et je/on te respectait pour ça.
    Ton côté râleur te servait d’approche pour engager la conversation, avoue, quand tu passais à côté en ruminant ta dernière contrariété, c’était pour qu’on te demande « qu’est ce qui t’arrive encore Mister Number One », avec une accolade sur l’épaule, pour que tu puisses partager ton désagrément ; et en même temps te servait de carapace, je pense.
    Malgré le peu de temps que l’on a passé en même temps à Berdine, durant tes vacances « Berdinoise » été 2015, on rigolait toujours en ce croisant, jeune_con, vieux-fou, ou vice versa, on se chambrait, on rigolait, et parfois on se confiait. on se respectait en tout cas.
    Tu as toujours était serviable et attentif avec moi (c’est vrai !), je ne l’oublierais jamais et t’en remercie encore, Roger.
    Tu rejoins ma grand-mère, qui nous a quitté une semaine avant toi, au moment même où le chirurgien m’opérait, encore, des dernières stigmates d’une vie achevée, parti avec elle pour en faire naître une nouvelle. Pas la peine de te dire de ne pas la draguer puisque tu vas le faire ! Vous devriez bien vous entendre avec vos caractères.
    Mes condoléances a ta famille et proches, de Berdine et d’ailleurs, de la France au Chili.
    Tchao Roger, The Number One du Lubéron.

  5. Sabine Lacoste dit :

    Cher Roger,
    Tu resteras à jamais une icone de Berdine. Tu as ta place dans mon coeur comme dans le coeur de beaucoup. On t’aimait…même pour tes coups de gueule et ton coeur si bon.Merci pour ta vie donnée. De la haut, veille sur notre filleule Morgane et sur Berdine.
    Je vous embrasse du Canada.
    Sabine

  6. Mangot Marc dit :

    Il sera dans mes intentions demain matin à la messe. Après rugueux j’ajouterai « tendre » pour avoir eu une longue discussion avec lui sur mon engagement dans le célibat comme prêtre ( célibat qu’il avait du mal à comprendre!!) et sur la foi.
    Le départ de Roger est une occasion pour moi de rompre le silence, après mon passage à Berdine (6 mois rudes) de septembre 2014 à février 2016.
    Aujourd’hui, je suis toujours prêtre et je suis à Villejuif. Je suis bien dans mes baskets et mon corps. l’alcool n’a pas repris le dessus.Un signe particulier à Olivier, chef menuisier, à qui j’avais promis des nouvelles. Je n’ai plus son téléphone. Si cela est possible donnez lui mon téléphone ou envoyez moi le sien Une pensée fraternelle à Jean Michel et un amical souvenir au personnel de secrétariat et social ainsi qu’à Josiane et Jean Pierre.
    Bonne continuation à tous dans les projets qui se réalisent. Marc MANGOT 06 59 68 43 79

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

↓