Category Archives: Eau

Berdine se met au… vert !

Phytostation

Installation d’une PHYTOSTATION 90EH RECYCL’EAU

Pour remplacer son système d’épuration des eaux usées, rendu nécessaire par la construction du nouvel « espace de vie« , Berdine a choisi un procédé écologique développé par une entreprise du Vaucluse : BLUE SET (www.blue-set.fr) qui est encore plus innovant que le précédent.

La « Phytostation Recycl’eau » est un écosystème artificiel reposant sur la technique de l’épuration des eaux usées par les plantes. Cette épuration est rendue possible grâce aux interactions bio-géo-chimiques entre le substrat (pouzzolane, graviers, galets), les plantes et les microorganismes associés, permettant de réduire, transformer et éliminer les polluants.

La « Phytostation » consiste en deux filtres plantés d’espèces végétales locales, spécialement sélectionnées en fonction de leurs propriétés épuratoires. Cliquez sur la photo ci-dessus pour voir les détails.

Cet ensemble, actuellement terminé à l’emplacement de l’ancienne lagune, doit être végétalisé prochainement. Un bel exemple à suivre !

C.F.

La bataille de l’eau serait-elle enfin gagnée ?

C’est la question que nous nous posions en septembre 2008, lorsque l’eau jaillissait des profondeurs de la terre par la force de l’air comprimé et concrétisait la réussite du nouveau forage à la profondeur atteinte, 230 mètres.

Préparation de la pompe avant la descente dans le forageMise en place de la pompe dans le forageL'eau jaillit du forage, la bataille de l’eau serait-elle enfin gagnée ?

La réponse est confirmée par ce qui s’est passé le mercredi 18 novembre 2009, à 16h08 précise, lorsqu’un puissant jet d’eau pure est sorti du forage, propulsé par la pompe immergée qui venait d’être installée par l’entreprise Sokoloff à une profondeur de 130 mètres. Moment historique vécu par quelques Berdinois et fixé sur la pellicule par Hervé : soulagement aussi de tous les intervenants. Il reste à raccorder la tête de forage avec la conduite de remontée d’eau, à procéder aux vérifications nécessaires et dans quelques jours, le bassin pourra être rempli avec cette nouvelle ressource en eau qui sera très certainement suffisante pour tous les besoins non alimentaires de la communauté. Grâce en soit rendue à tous ceux qui ont contribué à cet heureux résultat.

Du nouveau chez les cochons

Gérard a réceptionné ces jours-ci ses nouveaux pensionnaires, et les a installés dans leur nouvel espace, mieux adapté à la vie au grand air.

Situé derrière la nouvelle bergerie, ce parc planté de chênes donne beaucoup d’aisance aux ébats de la petite bande, qui, semble-t-il s’est très bien adapté à son nouvel habitat.

« Maître » Gérard peut les surveiller de près puisqu’il habite le superbe bungalow attenant.

Bonne année aux futurs jambons et saucisses.

La nouvelle bande est arrivéeLa nouvellemaison de GérardLa maison des cochonsLa nouvelle cuisine


La bataille de l’eau… (suite)

Décidément, plus que jamais en Provence « l’aïgue es d’or ». Nous pensions avoir gagné cette bataille de l’eau avec le creusement d’un forage à 180 mètres, réalisé au cours de l’année 2004, et résoudre ainsi définitivement les problèmes, au moins pour l’arrosage du maraîchage. Mais dès la deuxième année, le débit de ce forage diminuait sensiblement, passant de plus de 4 m3 à 1,5 m3. Grâce à l’habileté de Marco, responsable du jardin, les cultures maraîchères ont pu malgré tout être menées à bien.

Au début de l’été de cette année, Jean-Michel, qui surveille le fonctionnement du système, constate une différence très importante entre les volumes pompés par le forage et ceux qui parviennent dans le bassin de mise en charge. Cette différence ne venait pas d’une fuite sur la canalisation de montée, mais était due au mauvais fonctionnement du compteur placé sur la tête du forage, qui indiquait des volumes bien supérieurs à la réalité.

Il y a donc une diminution importante du débit du forage, consécutive à la sécheresse exceptionnelle constatée dans la région et qui donne de sérieuses inquiétudes pour l’avenir.

En attendant la pluie et une remontée du débit, pour maintenir un cubage suffisant pour les cultures en place, un voisin très généreux nous permet d’utiliser ses propres réserves, à l’aide d’un camion citerne qu’il a mis à notre disposition… Si l’on a déjà gagné une bataille, la « guerre de l’eau » est loin d’être terminée…