« Dans le chemin de liberté » – Recueil de poèmes de Jean CAILLOU (1)

Connaissez-vous BERDINE ?

Peut-être pas… mais vous savez certainement qu’il existe en France un grand nombre de personnes qui sont sous la dépendance de la drogue ou de l’alcool. Et bien ! BERDINE, c’est une communauté dont la fondation remonte à quelques années et qui a pour but de rendre l’espérance à ceux qui n’attendaient plus rien de la vie, et de leur redonner leur dignité d’homme. Ces poèmes, écrits par “un gars de BERDINE”, témoignent de l’équilibre et de la paix intérieure retrouvés.

QUELQU’UN

Dans cette solitude
Dont je prends l’habitude
J’attends, j’attends en vain
Quelqu’un

Je suis seul dans la vie,
Je cherche un ami,
Un homme ou un gamin
Quelqu’un.

C’est bien triste le soir
Meublé de désespoir.
Tendez-moi donc la main,
Quelqu’un.

Le cœur est écrasé,
L’espoir est dépassé.
Je n’attends plus demain
Quelqu’un

Noël est arrivé,
Tout seul je suis resté.
Offrez-moi mon sapin
Quelqu’un.

Pour vous la vie est rose,
Pour moi elle est morose.
Trouverais-je en chemin
Quelqu’un ?

Chez moi c’est le silence,
Silence de l’absence.
Que vienne un chat, un chien
Quelqu’un.

Qu’on me donne la chance
De cette délivrance,
Pour que j’embrasse enfin
Quelqu’un.

Dans cette solitude
Dont je prends l’habitude
J’attends, j’attends en vain
Quelqu’un

REQUIEM

Qui sait…. Peut-être au jour de la mort
Viendront-ils faire un beau décor
Le cœur peiné et l’âme en deuil
En s’approchant de mon cercueil.

Peut-être auront-ils souvenance
De mots durs et pleins d’indulgence
Qu’à eux tous j’avais prodigués
Dans l’élan pur de l’amitié.

Approchez-vous de ma dépouille
Oubliez que j’ai dit : fripouilles
C’est encore toujours votre ami
Que vous saluez aujourd’hui

Demain, il n’en restera rien
J’aurai vu le bout du chemin
Terminé, j’ai franchi la Porte
Saluez ma feuille morte.

Car J.P. vient de disparaître
Mais quelquefois il va renaître
Je l’espère, c’est là mon désir
Au grès de vos bons souvenirs.

La mort n’est pas la solitude
On retrouve la multitude
De ceux qui nous ont précédé
Dans le chemin de liberté.

Mais un tout petit quelque chose
Semblable à pétale de rose
Restera accroché à vous
Venu de je ne sais où.

Renversant ma pierre tombale
Rebondissant telle une balle
Reviendra vers vous, c’est juré
L’éternité de l’Amitié.

C’est promis, si Dieu le permet
Je reste avec vous à jamais.

LA DIFFÉRENCE

Mes cheveux se teintent de gris
Fil à fil au long de ma vie
Les tiens ont la fraîcheur de l’enfance
Et la voilà la différence.

Mes yeux de souvenir se cernent
Le regard est devenu terne
Tes yeux ont couleur d’espérance
Et la voilà la différence

Ton cœur est rempli de chansons
Dis, d’une seule, fais moi le don
Car dans mon cœur c’est le silence
Et la voilà la différence

Je suis un peu désabusé
Par les hommes, par l’humanité,
Ta jeunesse leur fait confiance
Et la voilà la différence

Mes pensées deviennent moroses
Il est bien loin le temps des roses
Mais toi tu souris, quelle chance !
Et la voilà la différence.

Mon esprit ne peut plus cerner
Qu’une province ou un comté
Le tien enlace toute la France
Et la voilà la différence.

Un homme est tombé aujourd’hui
Je ne m’occupe pas de lui
Toi tu pleures sa déchéance
Et la voilà la différence

L’hirondelle s’en est allée
Peu m’importe où, je dois l’avouer
Mais en toi la peine est immense
Et la voilà la différence

On se promène dans les rues
De tout tu n’as jamais trop vu
Moi je suis dans l’indifférence
Et la voilà la différence

Tu me quittes, je vois en tes yeux
Un petit regard malheureux
Dans les miens une larme danse
Il n’y a plus de différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

↓