Berdine 2015, réalisations, projets, vœux

le 3 décembre 2015

Chers amis,

Matins scintillants, froids et tonifiants, journées éclatantes de lumière chaude, couchers de soleil indicibles. En cette saison où les perspectives se dégagent, si vous venez à Berdine par la route de Viens, vous noterez que le plateau de Courennes est une île ! Et nous vivons sur cette île protectrice, témoins privilégiés et conscients du cadeau que nous fait la Terre, notre Mère. Et puis, il y a Philippe, arrivé de Paris ce week-end dernier et qui a pleuré en essayant de nous parler de ce vendredi tragique, et toutes ces vies, toutes ces promesses de bonheur anéanties, tant d’injustices, de folies, de souffrances. Cette année 2015 commencée dans l’horreur, s’est traînée dans l’indignité sur des rivages de la Méditerranée, se termine dans un déchaînement de violence monstrueux qui nous laisse pantelants de désarroi, perdus et impuissants.

Que faire ? Quelle attitude opposer à ce maelström socio-politico-économico-psychologico-religieux ? Chacun se sent minuscule fourmi inutile en apparence ou pourquoi pas, petit colibri dont le devoir moral est de faire sa petite part pour lutter contre le feu ravageur. Ce fabliau cher à Pierre Rabhi est la bonne réponse, notre seule issue. Ne pas baisser les bras, ne pas désespérer mais travailler d’arrache-pied à la construction du bonheur là où nous sommes. Lors de notre fête annuelle le 4 octobre, nous avons souligné avec satisfaction l’évolution de notre façon de fonctionner ensemble depuis la mise en place des équipes de coordination de la bonne vie communautaire (réf : notre lettre du 2/12/2014). Mais un nouveau challenge nous interpelle aujourd’hui : apprendre à mieux vivre ensemble. Je vous donne d’emblée tout notre programme de lutte à venir, améliorer encore notre quotidien relationnel pour que chacun trouve pleinement ce qu’il est venu chercher à Berdine, le désir de vivre et d’être heureux. Ce sera notre petite part à nous.

La mise en œuvre de ce programme, maintenant. S’il passe en partie par la rénovation du cadre de vie, des chambres, des bureaux et autres locaux communautaires, il dépend surtout des personnes, de la bonne communication entre elles, de la cohérence des divers postes et engagements des salariés comme des bénévoles et des résidents.

Entrée des nouveaux bureauxBureau comptabilité : ClaudetteBureau Isabelle avec vue sur le LuberonFaçade rénovée des chambres et bureauxChambre rénovéeChambre rénovée

À la faveur de l’installation dans les nouveaux bureaux achevés en juin, nous entreprenons la réorganisation des postes existants (Isabelle, Horyia, Anna, Olga) pour une meilleure efficacité dans le service aux personnes accueillies. Providentiellement, comme pour valider ce programme, une Fondation a souhaité nous subventionner sur un poste qui m’apporterait personnellement une aide et serait un gage de pérennisation de notre action. C’est ainsi que le Conseil d’Administration a entériné l’embauche de Claire qui accompagnera les résidents vers un meilleur respect de soi, des autres, de la Charte, du règlement… Mais ce n’est pas tout. D’autres cadeaux sont offerts aux Berdinois dans leur chemin vers la réalisation de soi : Colette, responsable des ressources humaines au Conseil Départemental a pris sa retraite et nous consacre un grand mi-temps, Odile et Jacques effectuent leur 3ème séjour au milieu de nous et souhaitent le prolonger. Ces amis délicieux sont un soutien inestimable dans les différents impératifs de la prise en charge du quotidien. Jean-Michel en a bénéficié de façon très agréable puisque Colette l’a accompagné une semaine, au Maroc, chez nos frères de Notre Dame de l’Atlas à Midelt où il a eu la joie de revoir Jean-Pierre dernier témoin de Thibhirine.

2015, c’est aussi la 3ème édition des « Estivales » où plus de 700 personnes étaient là pour se nourrir de la parole émouvante et juste de Pierre Rabhi au cours d’une conversation animée par Thibaut. De belles prestations acrobatiques, des chants et deux pièces de théâtre ont animé cette journée festive dont la préparation avait été bien malmenée par les gros orages quotidiens de la semaine précédente. Notre parrain Jean-Louis Trintignant était là, ainsi que Monsieur Zarrouati, Directeur de cabinet du Préfet de Vaucluse.

Jean-Louis TrintignantJean-Pierre discute avec Pierre RabhiPierre RabhiLes Bontuillos et la foule

Les loisirs, c’est aussi beaucoup de travail et les Berdinois se surpassent toujours dans ces moments là. Comme du reste dans l’ensemble des activités, coupe et vente de bois, maraîchage, gestion des troupeaux, fromagerie, boulangerie, miellerie, vente sur les marchés, poterie, brocante, forge, mécanique, maçonnerie, rénovation, buanderie, vestiaire, intendance, gestion des réserves, entretien… Je dois avouer que le fonctionnement de Berdine depuis tant d’années tient de la gageure et je m’émerveille de tant de bonne volonté ce qui ne va pas sans problèmes ingérables qui finissent par s’arranger… plus ou moins bien.

2015, c’est 66 personnes présentes aujourd’hui, 78 personnes accueillies du 1er janvier au 2 décembre et 78 départs (on n’a pas fait exprès !) dont 30 départs de personnes qui ont vécu à Berdine plus d’un an (7 se sont rapprochés de leur famille, 4 ont intégré un logement privé, 3 se sont dirigés vers les maisons relais, 7 des CHRS ou autres associations, 9 sont parties sans laisser d’adresse). Nous pouvons dire que 70 % des personnes qui séjournent plus d’un an quittent Berdine dans de bonnes conditions physiques et psychologiques et sont en capacités de se réinsérer. 48 personnes ont quitté Berdine après un séjour de moins de 1 an (6 retours auprès de la famille, 2 en logement privés, 9 vers un CHRS, soit 34 %), 31 n’ont pas laissé d’adresse, soit 64 %). Nous voyons bien que lorsque les séjours sont inférieurs à un an la proportion s’inverse, mais le résultat n’est tout de même pas déshonorant. Nombreux sont ceux qui restent en contact et comptent sur l’attention affectueuse de Berdine.

2015, j’y viens, ne vous impatientez pas, c’est bien sûr, l’évolution de notre super projet « Espace de Vie ». Et oui, nous voilà dans la phase APD avec consultation des entreprises en janvier 2016. Si nous en sommes là, c’est que les appels aux financements ont été entendus, du moins pour la première phase du chantier, il en reste 2 tout de même à financer ! Tout d’abord la CARSAT très satisfaite du résultat de son aide pour la maison d’Aurélie, a tenu à participer à ce nouveau projet avec un prêt de 250 000 € accompagné d’une subvention de 168 000 €. Comme en 2010, ce soutien a enclenché le start du départ, les Fondations privées ont suivi très généreusement à tel point que nous pouvons commencer les travaux en avril 2016. Les ateliers Modulo et Raaka réalisent un magnifique travail. Bien entendu, les Berdinois sont partie prenante du chantier notamment en ce qui concerne la partie construction en pierres. Faisons preuve d’un bel optimisme en vous invitant tous à son inauguration en… 2019.

La future salle à manger dont la vue surplombe la vallée vers le jardin potager, avec le Lubéron au loin.La future salle à manger dont la vue surplombe la vallée vers le jardin potager, avec le Lubéron au loin.
De la salle à manger on peut observer ce qui se passe dans la cuisine.

2015, c’est aussi à Pâques, le baptême des petits enfants de Richard qui avait vécu plusieurs années à Berdine dans les années 80 !!! C’est Emma 28 ans, née à Berdine, aujourd’hui notaire, qui intègre le Conseil d’Administration de l’Association avec Aurélie 27 ans, qui a donné son nom à la Maison d’Aurélie.

C’est une Fondation amie (100 personnes tout de même), venue fêter ses 20 années d’existence à Berdine. C’est l’accueil de groupes d’Apt et de la région, d’élèves du Lycée des Chênes, de scouts belges en juillet, de troupes de théâtre, Ares Atelier bien sûr, mais aussi les participants à l’événement « C’’est pas du luxe » organisé par la ville d’Apt, la journée de convivialité avec les entreprises partenaires, etc… Ce sont les journées de collecte et de tri avec la Banque Alimentaire. Ce sont les Ateliers d’Écriture très vivants animés par Isabelle et j’en passe et j’en oublie… C’est Dominique kko qui vient chaque mois de mai se reposer de son travail auprès des enfants du Vietnam, Marie-Bernadette et Jeanne si courageuses malgré la maladie toujours au service des plus pauvres à Lubumbashi (après la construction de la clinique que Berdine a financée en grande partie, nous continuons notre soutien pour l’entretien du dispensaire Sami-berdine et de la clinique), Colette 94 ans, à Juçaral dans le Nordeste du Brésil, dont nous soutenons l’accompagnement quotidien. C’est aussi notre désir, toujours pas satisfait, d’accueillir des familles de réfugiés, le temps pour eux de reprendre des forces et un peu d’espoir.

GégéJe ne vous quitterai pas sans vous parler de notre mascotte GéGé qui nous a quittés le 27 janvier. Jean-Pierre l’avait fait hospitaliser le soir à 21 h, la nuit l’a happé à une heure le matin. Il était en HAD (hospitalisation à domicile) depuis 2 ans, mais son départ vers d’autres cieux nous a pris de court, le jour même, lors du repas de midi, il avait serré la main à chacun dans le réfectoire ! Personne ne pouvait imaginer qu’il nous disait Adieu. Son sourire magnifique, son humour bien personnel nous manquent terriblement.

Ce même mois de janvier, Olga perdait son ami. Elle a fait preuve du courage que nous lui connaissions en réussissant encore une fois à nous épater dans le Dindon de Feydeau, lors des Estivales.

Un grand ami de Berdine, Eugène, soutien indéfectible et infatigable des temps bien difficiles a quitté la scène lui aussi, suivi de Paul Coeytaux, notre professeur toujours enthousiaste et persuasif d’agroécologie.

Je vous ai fait faire un petit tour dans la vie berdinoise, mais vous le savez bien, le plus important c’est ce qui ne se dit ni ne se voit. Dans le secret du cœur, chacun sait ce que Berdine vous doit, et moi plus que tout autre, amis de la première heure affectueux et confiants, présents dans les épreuves comme dans la joie, et tous ceux que se sont raccordés au fil des années à cette grande chaîne si généreuse, je vous dis un immense MERCI pour ce que vous nous permettez de vivre chaque jour.

Que l’Esprit de Noël habite vos cœurs et vous soutienne chaque jour de la nouvelle année. Nous avons un devoir d’Espérance. Et nous espérons que cette année 2016 sera meilleure que celle que nous abandonnons à son sort, elle ne devrait pas avoir trop de mal ? Un résident qui a quitté Berdine hier, m’a dit en partant : Avant, je rêvais ma vie. A Berdine j’ai compris beaucoup de choses. Aujourd’hui, je pars avec la volonté de vivre mes rêves ! C’est joli non ? Je pense qu’il y parviendra et c’est ce que je souhaite à chacun de vous.

Allez, bien à vous, de tout cœur, Josiane

↓